Tout sur la mécanique moto

Tout savoir sur la mécanique moto !

Souhaitez-vous tout savoir sur la mécanique moto ? Comment démonter une moto sans l’aide d’un professionnel ? Effectuer une vidange ? Changer des pièces essentielles ? Tout cela est bel et bien envisageable bien que cela nécessite un savoir-faire préalable et des précautions à prendre. Cependant, avant de penser à faire la mécanique vous-même, il est préférable que vous vous imprégniez du métier de mécanicien moto. Vous devez donc comprendre quels sont les rôles d’un mécanicien moto, en quoi consistent ses missions, quelles sont les qualités et les formations requises, etc.

La mécanique moto

Bien qu’il s’agisse d’un métier à part entière, la mécanique moto est avant tout un mélange d’art et de passion. En effet, afin de percer les mystères de ce domaine, il faut logiquement être passionné de la moto tout comme le pilote l’est pour son avion. L’un des meilleurs moyens pour réussir dans ce domaine est d’essayer, mais surtout d’avoir une bonne connaissance des principaux domaines de la mécanique moto. Qu’il s’agisse des missions du mécanicien moto, de ses qualités ou encore de la formation requise, le professionnel se démarquera toujours par son bagage intellectuel.

Mécanicien moto : quels sont ses rôles ?

L’un des principaux rôles du mécanicien moto est d’effectuer les réparations sur pratiquement toutes les formes de moto. En outre, il assure le bon fonctionnement des véhicules à deux-roues. Préalablement, il se charge de diagnostiquer les différentes pannes que pourrait avoir une moto. Pour mener à bien son travail, il prend en charge toutes les étapes depuis l’accueil du client jusqu’à la remise de la moto.

Il s’ensuit une série de tests sur les éléments électriques, électroniques et surtout mécaniques. Plus précisément, il vérifie les organes essentiels du moteur, la chaîne, les niveaux d’huile, la distribution du carburant, les composants de la liaison au sol ainsi que le cylindre bloc. Ces tests lui permettront de détecter l’origine de la panne et d’informer au plus tôt le propriétaire, même s’il s’agit d’une panne peu importante.

Une fois la ou les pannes détectées, le mécanicien moto se charge d’établir un devis relatif aux interventions mécaniques nécessaires. Celles-ci peuvent concerner les systèmes de réglage, la vidange, le contrôle antipollution, le liquide de frein, etc. Maîtrisant les différentes alternatives du marché, il sait où se procurer les pièces d’origine constructeur. Ainsi, il sera amené à remplacer les pièces défectueuses par de nouvelles pièces de qualité.

À la suite des dernières mises au point et des essais sur route, il remettra la moto réparée à son client tout en lui expliquant les réparations effectuées. Pour donner des informations à ses clients en temps réel, il est appelé à souvent naviguer sur les sites des fabricants ou sur les pages de vente de pièces en ligne.

Dans le cadre d’une vente de moto, le mécanicien moto est souvent sollicité pour détailler les caractéristiques d’une moto mise en vente. À l’image du monde de l’automobile, celui de la moto regroupe plusieurs passionnés. Il n’est donc pas rare de trouver certaines personnes préférer circuler à moto qu’à voiture. De ce fait, les services d’un mécanicien moto deviennent essentiels. En faisant constamment appel à son bon sens et à son instinct de technicien, il se doit de mettre en avant la sécurité des usagers. En cas de nécessité, il porte le titre de commercial pour vendre des motos d’occasion ou neuves.

Mécanicien moto : quelles sont ses missions ?

Comment mentionné un peu plus haut, le mécanicien moto se charge du bon fonctionnement des véhicules à deux roues. Ses missions se résument donc comme suit :

  • l’entretien des motocycles (vidange, carburation, frein, etc.) ;
  • le diagnostic de la panne ;
  • la réparation ;
  • les recommandations faites aux clients ;
  • la pose d’éléments de personnalisation sur la moto ;
  • la vente de pièces détachées ;
  • et la vente de moto (éventuellement).

En dehors de ces missions, le mécanicien moto se charge également de mettre à jour les différentes données de l’ordinateur à bord. À ce point s’ajoute le réglage des parties hydrauliques, électriques et pneumatiques de la moto.

Mécanicien moto : quelles sont les qualités requises ?

À l’instar du marin ou du pilote, certaines qualités sont requises pour aspirer à devenir mécanicien moto.

  • Physiquement apte

Le mécanicien moto sera très souvent amené à travailler dans des positions inconfortables. Aussi, le métier lui impose parfois de porter des charges assez lourdes. Cela explique la bonne condition physique dont il doit constamment faire preuve.

  • La disponibilité

La survenue d’une panne de moto étant imprévisible, le mécanicien moto se doit d’être disponible à tout moment. Concrètement, il doit être en mesure de travailler sur des plages horaires plus ou moins élargies. Il n’est pas moins fréquent de voir certains professionnels proposés leurs services 24 h/24.

  • L’adaptabilité et le sens du relationnel

À une ère où la technologie est en pleine évolution, le mécanicien moto doit non seulement disposer d’une base solide en mécanique et en technique, mais également sur les nouvelles technologies. Autrement dit, il doit faire preuve d’une curiosité pour faire évoluer son métier. Pour fidéliser ses clients, il doit par-dessus tout avoir un bon sens du relationnel (accueil, échange, service rendu, etc.).

Outre ces qualités, le mécanicien moto doit faire preuve de rapidité et d’efficacité dans ses diverses interventions, sans oublier ses bons réflexes et son esprit d’analyse. Comme dans tout autre métier, il doit cultiver la précision, la rigueur et la méthode. De plus, puisqu’il s’agit d’un professionnel, il doit être en mesure de déduire avec logique et précision, les causes des pannes et d’organiser avec soin ses différentes interventions. En se conformant aux normes de sécurité en vigueur, il doit savoir écouter et observer les différents mécanismes d’une moto.

Mécanique moto : anatomie d’une moto

Une moto, peu importe sa forme, est composée de plusieurs parties. Ces parties sont généralement classées en 2 groupes distincts. Ce développement sera beaucoup plus consacré au moteur lui-même, à son architecture ainsi qu’à la carburation et quelques autres points essentiels.

Le moteur

Comme son nom l’indique, le moteur est la pièce maîtresse d’une moto. Son rôle est de transformer l’énergie thermique en énergie mécanique. On retient essentiellement deux choses à propos du moteur d’une moto. Il s’agit de son architecture et son mode de fonctionnement.

L’architecture détermine différents facteurs du moteur tels que ses performances, son encombrement et sa position dans le cadre de la moto.

En ce qui concerne le mode de fonctionnement, on retient deux types de moteurs dans le monde des moteurs à explosion ou à combustion interne. Il s’agit des moteurs 2 temps et des moteurs 4 temps.

Très répandu, le moteur 2 temps est beaucoup plus utilisé sur les motos de course de haut niveau. Il se compose des éléments suivants :

  • la bougie ;
  • la chambre de combustion ;
  • le piston ;
  • la bielle ;
  • la valve ;
  • le vilebrequin ;
  • le cylindre ;
  • et le bas moteur.

Quant au moteur 4 temps, son cycle se décompose sur deux tours complets (720°). Il s’agit du mode de fonctionnement le plus standard et le plus retrouvé sur les motos de séries actuelles.

La distribution du moteur

La distribution regroupe les différents systèmes de régulations des échanges gazeux. Il s’agit en d’autres termes des différentes étapes d’admission et d’échappement. Sur une moto à moteur 2 temps, la distribution se fait au niveau du piston. Dans un moteur 4 temps, cette fonction est assurée au niveau de la culasse par les soupapes ainsi que tous les systèmes en charge de leurs ouvertures et de leurs fermetures.

La carburation d’un moteur

Pour fonctionner, le moteur a besoin de carburant comme l’essence, le GPL ou le diesel. La carburation a pour rôle de mettre à la disposition du moteur un mélange d’air et d’essence suivant des proportions bien précises. Ceci, peu importe l’ouverture des gaz, le régime du moteur, l’altitude, etc.

Pour une bonne carburation, certaines conditions doivent être respectées. Il s’agit en l’occurrence du dosage, de l’homogénéité et de l’automaticité. Ces éléments doivent permettre au moteur d’assurer une parfaite vaporisation et d’avoir un même dosage en tout point de la veine gazeuse.

La transmission primaire d’un moteur

Le but de cette transmission est de relier le moteur avec la boîte de vitesses et l’ensemble embrayage. La transmission est dans la plupart des cas fixée sur le vilebrequin. Elle peut être réalisée par l’un des moyens suivants :

  • par pignon ;
  • par chaîne ;
  • mixte ;
  • ou par courroie.

Assez simple de conception, on retrouve la transmission primaire par pignons sur certains faibles cylindrés. Pour faire simple, elle consiste à relier deux roues crantées. Quant à la seconde transmission primaire (par chaîne), elle permet d’éviter une cascade de pignon lorsque la boîte est éloignée. Pour sa part, la transmission primaire mixte combine la transmission par chaîne à la transmission avec pignon. Dans ce cas, le vilebrequin est connecté à un arbre via une chaîne. Cet arbre, à son tour, transmet la distribution à la boîte. S’agissant de la transmission primaire par courroie, on la retrouve que sur les scooters et les cyclomoteurs.

La transmission finale d’un moteur

Encore appelée transmission secondaire, la transmission finale se charge de passer la puissance du moteur à la roue. Autrement dit, c’est la transmission qui fait avancer la moto sur une route. Comme dans le cas précédent, elle peut être faite par chaîne ou par courroie. La transmission finale peut être également faite par cadran.

L’embrayage du moteur

À l’instar des automobiles, l’embrayage moto implique essentiellement 3 phases. Il s’agit de la phase de position embrayée, de la phase de position débrayée et de la phase transitoire de glissement.

Au niveau de la première phase, la transmission est fournie. Ceci permet donc à la moto d’avancer, le moteur étant relié à la boîte de vitesses. Au niveau de la phase de position débrayée, la transmission est interrompue. La conséquence est que le moteur continue de tourner sans que la moto elle-même ne roule. Enfin, au niveau de la dernière phase, la transmission est rétablie progressivement permettant ainsi à la moto de rouler à nouveau.

Pour rappel, on distingue des embrayages moto mono-disque et des embrayages moto multi-disques. Pour En savoir plus sur les moteurs, il est nécessaire de consulter les sites spécialisés traitant du sujet à défaut de se rendre dans un atelier de mécanique. Vous pouvez entre autres retrouver sur YouTube, des vidéos exclusivement consacrées aux moteurs d’une moto.